Les Échappées

by Arbas et invité.e.s

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
Point final. Le livre se ferme. Ce vieux grimoire bourré de bavures et de fautes, avec ses pages cornées, arrachées, ses ratures, ses grandes lettres capitales et ses tâches d’encre qu’il a trop faites couler. A la poubelle ? Mieux : au feu ! Celui des forêts révoltées qu’il a enflammées. Je ne le regarderai pas se consummer dans les braises. J’en ai le temps mais pas l’envie. Je ne lui jetterai qu’un regard à peine, par dessus l’épaule, seulement pour m’assurer qu’il n’est plus. Qu’un amas noirci, poussiéreux. Rien. Je ne jubilerai pas non plus. Je garderai ma joie pour ce qui vient, qui arrive, que je vois pointer, tout près, tout près. Je garderai ma joie pour Demain. Cet Après que je l’écrirai sur ma peau avec la terre fraîche et humide. Je l’écrirai sur ma peau, oui et toi tu l’écriras sur la tienne. Je l’écrirai dans ma voix, aussi, comme le font les merles et les loups. Je mêlerai mes tresses avec les siennes et avec les tiennes. Je poserai mes mains contre lui. Et mon visage, ma poitrine, mes hanches, mes jambes, mes pieds. Tout. Je le laisserai se lover dans chacun de mes pores. Entretisser ses atomes avec les miens et ceux des arbres, du vent, de l’eau et les tiens. Et nos corps sentiront cette même odeur salée, terreuse, musquée, délicieuse. Nous bourdonnerons, bourgeons de cette fertilité nouvelle. J’écrirai l’Après sur ma peau, en continu, sans m’en lasser. Jamais. J’ai tout mon temps
2.
Tout s’en va, tout s’éloigne, tout s’échappe Les rires, les larmes vident leurs derniers tiroirs et se font la malle Les valises sous le lit n’ont plus que leurs souvenirs pour voyager Et l’eau qui monte Comme une mer sur un horizon d’ivoire Couvre l’ombre de la lune de son voile opaque Tout se fige, tout se fissure Entre les mains qui tremblent Entre les lèvres frémissantes Et l’eau qui perle En coin, aux bords Suspendue, inextremis, aux filets d’ébène Tout défile et file entre les doigts Les bribes de phrases, les éclats de joie Les éclairs de rage, les mélodies, les voix Tout revient et envahit Tout se faufile Entre Contre Sous Et l’eau qui coule Et se frêle un passage entre les plis et les froissures Tout fait surface Tout resurgit et se fracasse sans aucune invitation Tout rejaillit en geysers joyeux Les visages dans les photos s’animent Sortent de leurs cadres, retrouvent leurs couleurs, leur chaleur Leurs corps qui s’élancent, s’enlacent, dansent et se pressent Contre une joue, contre une poitrine vibrante et frêle Et l’eau qui glisse, en goutte à goutte sur l’air Il pleut Je n’avais pas vu Il pleut.
3.
fait nuit et j’attends le jour et la Lune est ronde et la Lune rode comme une vigie dans l’obscurité Il y a le silence qui dans mon oreille gronde et feule et cogne sans jamais s’arrêter, sans jamais me lâcher Son étreinte invisible s’enroule et presse et serre et serre et serre et crisse Il fait nuit et j’attends toujours et la Lune aussi et la Lune oscille comme un pendule frénétique Il y a le souffle qui d’entre mes lèvres s’échappe s’arrache siffle Ce souffle aiguisé qui persifle qui gifle qui transperce Il fait nuit Il fait nuit et la nuit est noire et la Lune est claire et la Lune éclaire comme un phare cette obscurité Il y a le cri il y a mon ventre Il y a le cri il y a mes poumons Il y a le cri il y a ma poitrine Il y a le cri il y a ma gorge Il y a le cri il y a ma bouche Il n’y a plus le silence Il fait nuit mais j’entends le jour et quand viendra l’aube l’aube rutilante Je me lèverai
4.
Texte : La neige qui craque et crépite quand je lui marche dessus (j’aime) Les sourires d’inconnus qui s’échangent d’un trottoir à l’autre (j’aime) Un bouquet de fleurs sauvages posé au bord de la fenêtre (j’aime) Les dimanches lève-tards et tant pis pour le ménage (j’aime) Les rires qu’on n’arrête plus, qu’on ne contrôle pas, qui font pleurer (j’aime) Un baiser sur ma joue, sur ta bouche, sur son cou, sur le bout de leur nez (j’aime) Les toutes, toutes petites choses Le chat qui ronronne et sert de bouillotte à mes pieds (j’aime) La pente qu’on dévale à vélo, vite, vite, sans les mains (j’aime) Les « joyeux anniversaire» chantés forts, chantés faux (j’aime) L’heure de la sieste à l’ombre du grand chêne au fond du jardin (j’aime) Une assiette de pâtes sous une avalanche de fromage (j’aime) Les yeux, petits comme le matin, devant leur bol de chocolat, les cheveux en épi (j’aime) Les toutes, toutes petites choses Crier très fort, en tailleur au fond de la piscine (j’aime) Imaginer la vie des gens qui passent, assise sur mon banc (j’aime) Voyager entre les lignes tâchées d’un livre que j’ai lu mille fois (j’aime) Regarder la fourmi solitaire qui se promène sur la vitre (j’aime) Le soleil qui zèbre d’or la table de la cuisine (j’aime) M’endormir sous cinq couettes mais sortir un orteil (j’aime) La tasse brûlante blottie entre mes doigts gelés (j’aime) La course pour la meilleure place sur le canapé (j’aime) Deviner la suite d’une chanson inédite (j’aime) Les collections de carnets, de cailloux, les listes à rallonge (j’aime) Ton sourire étouffé quand je fais une blague nulle (j’aime) La musique qui défile avec les paysages depuis le train (j’aime) Quitter la maison pour mieux y revenir (j’aime) Tes doigts qui se glissent des mes cheveux, sur ma nuque (j’aime) Les toutes, toutes petites choses Celles qui sont simple et que j’aime comme tes Bonjours Les toutes, toutes petites choses Celles qui font tout
5.
Texte : Je viens vous retrouver Soyez prêtes car je ne le suis pas J’arrive avec mes hésitations au bout des bras et mes chaussures à l’envers, prêtes à faire demi-tour J’approche à pas trébuchants, mon coeur fait le yoyo entre ma gorge, mes nerfs et mon estomac Mes nerfs, ma gorge et mon estomac Fermez-les yeux, ouvrez les mains quand vous me verrez devant vous que je puisse y déposer ma joue ou un « désolée » Ne m’en voulez pas d’avoir peur, c’est juste que je suis peu téméraire et essoufflée à force d’essayer de semer l’incertitude N’attendez rien de moi mais ne partez pas trop vite si vous voyez mon dos Laissez-moi soixante secondes Je pourrais nous surprendre.

about

Projet collaboratif initié par l'auteure-compositrice-interprète Arbas, Les Échappées est une série de capsules poétiques et oniriques qu'elle partage avec des personnes et artistes qui l'inspirent et la touchent, avec pour fil conducteur ses mots et sa voix.

Chaque dernier jeudi du mois et ce pendant 1 an, Arbas dévoile une nouvelle Échappée et un.e nouvel.le invité.e.

credits

released April 28, 2021

Textes et voix : Arbas

Musique : Arbas (Sur ma peau, Il fait nuit, Claudia), Harold Bénard (Il fait nuit), VoxAXoV (les petites choses), artistes à venir

Mixage : Arbas (Sur ma peau), Etienne Ubeda (Il fait nuit), Martin Fayt (Claudia), Raphaël Valensi (les petites choses)

license

all rights reserved

tags

about

Arbas Paris, France

Arbas est un de ces voyages dont on revient la tête pleine, et le coeur léger mais encore palpitant.

shows

contact / help

Contact Arbas

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Les Échappées, you may also like: